Nous avons actuellement plus de 73 visiteurs connectés sur nos sites (dont 16 sur generationmp3.com - 47 sur le forum)

Écrit par
Greg T.

Jeux : les éditeurs sont séduits

Jeudi 30 octobre 2008 à 21:59 | Dans la catégorie Tribune libre

Alors qu’hier je vous livrais mes craintes sur le devenir de la plate-forme N-Gage de Nokia, Apple de son côté séduit les développeurs et les gros éditeurs tels que Electronic Arts et Gameloft.

Deux articles publiés sur Mobinaute et ElectronLibre vont dans ce sens.

Pour en revenir à Nokia, Jaakko Kaidesoja, le responsable de la division de jeux mobiles du constructeur, a déclaré à Reuters que le marché connait une situation difficile avec une année 2008 morose et une année 2009 qui s’annonce encore plus difficile.

Pour Apple, la situation est inverse, les ventes ne cessent de croître et les éditeurs semblent emballés à l’image de Gameloft. Dans l’article de ElectronLibre, c’est une vraie ode à l’iPhone que nous livre Gameloft.

Gonzague de Vallois, vice-president Publishing de Gameloft, résume la situation en un seul paragraphe lourd de signification :

Apple est notre premier client sur le mois d’août. Nous n’avions que 6 jeux disponibles sur l’App Store à l’époque, maintenant il y en a 10. En un mois, alors qu’il y avait 8 millions d’iPhone vendus, Apple est passé devant tous les autres, alors qu’on travaille avec des opérateurs qui ont 70 millions d’abonnés !

Et d’ajouter qu’il s’agit d’une plate-forme très rentable :

En net, un développeur perçoit autant sur un logiciel iPhone que sur un jeu pour DS !

Et de rappeler que le coût d’un jeu sur mobile est élevé surtout du fait de l’hétérogénéité des terminaux qui impose un portage long et coûteux :

“Un jeu mobile classique coûte environ 800 000 euros. Mais sur cette somme, une majorité de l’investissement est englouti par les différents portages du jeu sur toutes les sortes de téléphone. Ce qui n’a pas lieu d’être pour l’iPhone”

Qui va connaître une croissance encore plus forte car sa distribution est encore restreinte. De plus, les jeux à venir devraient offrir “une réalisation qui sera certainement bien au-dessus en terme de qualité”.

La crise que semble connaître les ventes de jeux sur mobiles s’explique peut-être que le public se lasse des jeux dont la réalisation nous ramène aux années 80 sur micro et dont la durée de vie est faible. Pour Gonzague, nous sommes en pleine mutation :

“La différence se fait dorénavant sur la qualité des logiciels proposés. Aujourd’hui, tous les six mois, les ingénieurs comprennent comment améliorer les jeux, leurs graphismes, l’interactivité, etc.

Avec le jeu sur mobile qui connaît une passe difficile, un terminal évolué et un App Store gonflé à bloc, les éditeurs vont probablement continuer à investir massivement sur la plate-forme d’Apple. Au détriment des autres supports ?

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

- Devenir membre



 
 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail